Quelles solutions de mobilités pour lutter contre la pollution sonore ?

27 avr. 2022 3 min de lecture
Plusieurs solutions existent pour lutter contre la pollution sonore

La pollution sonore menace très fortement votre santé physique et psychologique, votre qualité de vie, ainsi que l'environnement. Afin d'éviter de telles conséquences, repenser ses moyens de déplacements reste primordial. Pour lutter contre la pollution sonore, mieux partager les routes paraît indispensable. De même, les véhicules électriques et la micromobilité jouent un rôle crucial, aussi bien dans la lutte contre les nuisances sonores, que pour la protection de l'environnement.

Mieux partager les routes est essentiel pour lutter contre la pollution sonore

Réduire le nombre de véhicules sur les routes permet de réduire le bruit lié à la mobilité urbaine. De ce fait, toutes les actions visant à encourager le partage des routes par différents modes de transports réduisent les nuisances sonores. Afin de diminuer la pollution sonore, fragmenter les routes en plusieurs parties paraît être une solution efficace.

Mieux partager les routes revient à favoriser les moyens de transport collectifs. Pouvoir dédier une partie du réseau routier aux pistes cyclables, aux piétons, aux véhicules personnels, ainsi qu'une autre section consacrée aux transports collectifs, inciterait davantage les gens à utiliser des modes de déplacements moins bruyants et moins polluants.

Réduire la pollution sonore grâce aux véhicules électriques

L'utilisation de véhicules thermiques reste l'un des modes de transport provoquant le plus de nuisances sonores, sans parler de leur impact négatif sur l'environnement. Les nombreux projets et les différentes actions menant à augmenter le nombre de véhicules électriques permettent de réduire considérablement leur empreinte carbone, de même que leurs bruits.

Les EDPM : alternative durable aux véhicules thermiques pour lutter contre les nuisances sonores

Les EDPM (engins de déplacement personnel motorisé) appartiennent à la famille des véhicules électriques. Ces véhicules ne possèdent pas de places assises. Ils sont conçus pour un seul utilisateur par véhicule. Les EDPM sont pourvus de qualités acoustiques impressionnantes.

Les EDPM représentent un grand nombre de véhicules électriques. Les trottinettes électriques, les monoroues, ainsi que les gyropodes, ou encore les hoverboards font partie des EDPM. Se déplacer à l'aide d'un véhicule électrique se trouve être un moyen de mobilité écoresponsable. Les risques de nuisances sonores liés au réseau routier se montrent fortement diminués grâce à l'utilisation de véhicules non thermiques.

Le développement des autres véhicules électriques réduit la pollution sonore

Les voitures, les scooters, ou encore les vélos électriques permettent tous de limiter les bruits associés au transport urbain. Effectivement, les véhicules électriques ou hybrides émettent un bruit très faible. Le niveau acoustique de ces véhicules a fait l'objet de plusieurs études. La réduction de la pollution sonore reste très significative pour un véhicule électrique. Seulement, l'impact acoustique à l'échelle du trafic reste minime si le nombre de véhicules électriques demeure faible.

En France, ainsi qu'en Europe, l'utilisation des bus électriques se répand vite dans les villes. L'expérimentation des bus 100 % électriques apparaît comme une des solutions principales pour la lutte contre les nuisances sonores.

La micromobilité : mode de transport luttant contre la pollution sonore

La micromobilité englobe les moyens de transport non motorisés visant à réduire l'empreinte carbone. Nous pouvons citer comme exemple la marche, le vélo, les rollers ou encore le skateboard. La micromobilité se veut être un moyen de déplacement courte distance idéale pour l'environnement et pour notre santé. En effet, zéro émission de CO₂ et zéro nuisance sonore.

Changer nos habitudes de déplacements pour vaincre les nuisances sonores

Adopter de nouveaux modes de déplacements, à la fois moins polluants et moins bruyants, reste une solution efficace pour lutter contre la pollution sonore. Le covoiturage ainsi que les véhicules en autopartage présentent de nombreux avantages au niveau acoustique.

Le covoiturage pour lutter contre la pollution sonore

Le covoiturage, longue ou courte distance, reste une solution idéale pour lutter contre les nuisances sonores liées au réseau routier. Une voiture avec un ou quatre passagers fait le même bruit. Le covoiturage permet de réduire le nombre de véhicules sur les routes et donc de réduire le niveau acoustique du trafic routier.

Le covoiturage peut se faire de différentes façons :

  • sites webs et applications mobiles ;
  • autostop spontané ;
  • panneaux d'affichage routier.

Les véhicules en autopartage luttent efficacement contre les nuisances sonores

L'autopartage permet de partager un véhicule entre plusieurs utilisateurs, à tour de rôle. L'autopartage peut se faire entre amis ou famille. Louer un véhicule en autopartage auprès d'un site ou d'une application reste une solution efficace également. Les services d'autopartage proposent différents véhicules, comme des voitures, des vélos, des scooters ou des trottinettes dans des parcs en libre-service.

Afin de lutter efficacement contre la pollution sonore, changer ses habitudes de mobilités reste crucial. Les véhicules électriques personnels et les transports en commun 100 % électriques permettent de réduire activement les nuisances sonores liées au trafic routier. La micromobilité agit aussi de façon profitable à l'environnement et à votre santé en éliminant drastiquement les nuisances sonores du réseau routier.

Super ! Vous vous êtes inscrit avec succès.
Super ! Effectuez le paiement pour obtenir l'accès complet.
Bon retour parmi nous ! Vous vous êtes connecté avec succès.
Parfait ! Votre compte est entièrement activé, vous avez désormais accès à tout le contenu.