L’impact environnemental positif de Getaround Connect confirmé par l’étude Autopartage 2022 de l’ADEME

8 nov. 2022 3 min de lecture

La publication de la dernière étude de l’ADEME confirme et chiffre l’impact environnemental positif de l’autopartage en France: en favorisant la démotorisation et le report modal vers des options de mobilité douce, l’autopartage contribue à réduire le nombre de voitures dans nos rues, et donc les émissions globales du secteur automobile.

L’étude met en lumière l’impact particulièrement important de Getaround Connect parmi les solutions d’autopartage étudiées, et insiste sur la nécessité de poursuivre le développement de l’autopartage à l’échelle nationale pour atteindre un niveau susceptible de contribuer de façon majeure à la réduction de la pollution associée au secteur des transports.

  • Fort effet déclencheur de l’autopartage sur le report modal: augmentation du recours aux transports en commun, à la marche à pied ou au vélo ;
  • Une voiture en autopartage en boucle remplace 5 à 8 voitures personnelles, supprime entre 10 000 et 19 000 kilomètres parcourus en voiture individuelle par an,  et libère jusqu’à 3 places de stationnement en voirie ;
  • A l’échelle de la flotte de Getaround Connect: jusqu’à 129 millions de km parcourus en voiture économisés chaque année ;
  • Besoin d’une plus forte démocratisation de l’autopartage afin d’obtenir un impact significatif à l’échelle nationale.

Getaround Connect: un potentiel de démotorisation amplifié par une très large flotte de voitures partagées

L’étude se penche sur le cas particulier de Getaround Connect et met en lumière l’impact particulièrement élevé de cette solution sur la démotorisation, en raison de la taille importante de sa flotte de voitures en France, de sa base d’utilisateurs et de son modèle unique de place de marché :

  • Entre 7 000 et 22 000 Km supprimés par an ;
  • À l’échelle de la flotte nationale de voitures Getaround Connect, 129 millions de kilomètres seraient économisés chaque année.

L’étude menée par l’ADEME a également permis d’analyser les comportements des usagers de Getaround Connect, et a démontré l’effet déclencheur de multimodalité de la pratique.

En d’autres termes, les utilisateurs combinent l'autopartage à d’autres modes de déplacements alternatifs et adaptés à des besoins distincts de mobilité, au détriment de la voiture individuelle :

  • +20% pour le vélo ;
  • +27% pour la marche ;
  • +6% pour les transports en commun.

La nécessité d’encourager l’autopartage au niveau national

Le potentiel ainsi que l’effet vertueux de Getaround Connect, et de la pratique de l’autopartage en boucle en général, sur la démotorisation et l’environnement sont donc conséquents.

L’ADEME souligne cependant que, pour que l’impact de l’autopartage soit vraiment significatif à l’échelle des émissions nationales, cela nécessiterait une multiplication par cent du volume de véhicules en autopartage.

Compte tenu de l’urgence à repenser nos modes de déplacement, pour qu’ils répondent aux enjeux climatiques, il est impératif de multiplier les initiatives visant à ancrer davantage la pratique de l'autopartage dans le quotidien de nos concitoyens, et, plus généralement, dans leurs habitudes de consommation et de déplacement.

Les pistes de Getaround pour démocratiser l’autopartage à grande échelle

L’autopartage fait partie des leviers permettant d’avancer rapidement et efficacement vers une mobilité durable et plus responsable.

Getaround présente plusieurs recommandations pour démocratiser cette pratique et en faire un mode de déplacement du quotidien.

  • Accélérer la prise de conscience de la contribution de chaque mode de transport aux émissions individuelles : pour favoriser la transition vers des options à impact limité.
  • Inciter les français à partager leur véhicule sur des plateformes d’autopartage, en mettant notamment en avant les avantages relatifs au pouvoir d’achat.
  • Encourager les collectivités à intégrer l’autopartage dans leur parcours de mobilité pour répondre au maximum aux besoins de mobilité de leurs habitants.
  • Mettre en oeuvre davantage de politiques publiques en faveur de l’autopartage: subventions aux collectivités, prime à l’autopartage ou au stationnement, exonération d'impôt sur le revenu ou taux de TVA à taux réduit pour les propriétaires louant leur véhicule… De nombreuses options sont possibles pour favoriser l’adoption de cette pratique vertueuse.
“L’autopartage a un réel impact positif sur l’environnement, c’est pourquoi il est primordial d'encourager au mieux cette pratique, dont l’adoption reste encore limitée à l’échelle nationale” Simon Baldeyrou - Président Europe de Getaround.

Etude complète à retrouver ici